Press


Press on Lara Leliane’s second album (Lara):

Music in Belgium (Concert au Botanique)

En première partie de Bram Vanparys alias The Bony King of Nowhere.

Il était à la Rotonde du Botanique ce vendredi 12 octobre pour présenter son album en comité réduit. Conviée pour assurer la première partie en solitaire, Lara Leliane va faire plus que se défendre. À l’instar de Nadine Khouri la veille à l’Orangerie en support de Low, l’Anversoise captivera un public sage et discipliné, simplement accompagnée de sa guitare. Entre une composition en guise de soutien aux réfugiés, un poème de William Blake mis en musique (“Sunrise”) et une cover d’Alela Diane (“Every Path”), son set folk un rien contestataire à la Patti Smith mettra en avant une voix ferme et douce à la fois à laquelle il est difficile de ne pas succomber.(Music in Belgium)

Music in Belgium (Album Lara)

Une fois n’est pas coutume le label Homerecords nous propose aujourd’hui une artiste, qui part dans un univers fait de ballades et de pop-folk où, la jeune chanteuse Lara Leliane pose des textes engagés et porteurs sur des mélodies douces faites d’arpèges délicats de guitare et de percussions. Un univers à la fois doux dans sa conception artistique et à la fois nerveux à travers des paroles, qui dénoncent de tristes faits de notre société. Accompagné de l’excellent guitariste/bassiste/arrangeur Nicolas Dechêne qui est aussi le partenaire de route de la chanteuse/compositrice/interprète Ilia, la demoiselle fait exploser si je puis dire toute sa fragilité et sa perception personnelle du Monde qui l’entoure.

Me rappelant bien évidemment de grandes figures du folk et de la pop-musique comme Joan Baez ou Suzanne Vega, l’artiste perpétue cet art de construire de belles chansons à partir de trois fois rien (sans être péjoratif). Quelques accords de guitare, des soupçons de cuivre et de caisse-claire, servent ici de fond sonore équilibré pour une voix unique et sensible, qui transporte immanquablement l’auditeur dans une autre dimension. Un organe vocal qui voyage sur une large palette de timbres, un atout de plus à cette déjà grande artiste en devenir qui vogue entre poésie et révolution ! Tendresse, douceur, beauté et peut-être aussi mélancolie colorent un très bel album que l’on devait produire quoi qu’il arrive !

L’artiste Lara Leliane semble être une valeur sûre pour l’avenir de la chanson belge, voilà donc l’occasion de la découvrir dans les jours qui suivent la sortie officielle de son album. A découvrir ça c’est sûr !

Press on Lara Leliane’s first album (Free):

Airtv

La musique de Lara Leliane peut se résumer en deux mots : ” La force tranquille”. 

Déjà enfant, Lara Leliane baignait dans la musique. Maman Leliane berçait bébé Lara au son des doux récitals de Bach, Mozart, Chopin ou Brahms sur son piano. Ayant déjà l’oreille affûtée, c’est à 6 ans que Lara commence à apprendre la flûte traversière, pour se tourner plus tard vers le piano et la guitare.

Free” est le plus pur reflet de la symbiose de Lara avec le vide et la nature, mais aussi avec ses désirs et ses idées noirs. Avec son premier album, on plonge tête baissée dans le monde légendaire de Lara. Toujours dans une dynamique d’échange et de rencontre, la chanteuse sur scène pousse à l’extrême son lien avec le public qui, pour elle, doit être un partage mutuel.

Gauth.

 

RifRaf

Ce disque est beau comme une brume matinale sur les Hautes-Fagnes, le lent écoulement d’un ruisseau qui se forme, l’éternuement grave d’un tétras lyre en parade nuptiale.

Dieu que c’est beau. ces cuivres étouffées, ces flûtes, et cette harpe qui revient si souvent comme dans un songe à la Joanna Newsom. Et puis ces murmures d’enfants au loin, ces bruits d’oiseaux; de ‘joiejos’ comme elle dit avec un accent du nord qu’on devine forcé ( piste cinq, grand moment- léché comme un titre de ‘Wool’, ce très précieux album des Nits). Et ce rêve d’une Espagne, d’un Andalousie comme il ne doit plus en exister depuis longtemps (merveilleuse ‘La prima vez’). Lara Leliane signe donc un premier manifeste à son image – elle a grandi à Anvers, elle vit dans le Condroz – : aventureux, voyageur, multiculturel, aux frontières du jazz, de la world ( on entend du oud deci delà), de la folk évidemment.

Lara Leliane est libre. As a bird. Comme l’air.(lg)

Larsen

Lara Leliane Free Home Records Sortie du bois avec son premier album sous le bras, Lara Leliane colporte dix chansons libres et décomplexées. Confectionnées dans les recoins de l’imaginaire, ses mélodies se frôlent à l’écorce de la pop et escaladent les branches de la musique folk avec l’envie de grimper toujours plus haut. La voix perchée sur des mots français, anglais ou espagnols, l’artiste explore ses sentiments avec naïveté et raffinement. Entre le fantôme de Lhasa, l’âme d’Hanne Hukkelberg et quelques enfantillages chipés dans la plaine de jeu de Camille, Lara Leliane s’invente un petit troquet bohème, un cabaret bucolique où les habitués picolent du thé en compagnie de CocoRosie et Juana Molina. Un endroit parfait pour rêver. À l’écart du monde. NA

Moors magazine

Lara Leliane bracht een album uit op het Luikse platenlabel Homerecords.be, een label dat uitblinkt door avontuurlijke folkmuziek uit te brengen. Leliane gaat een behoorlijke stap verder – op Free mengt ze verschillende vormen van wereldmuziek met folk en jazz en maakt daar een mooie, melancholieke eigen muziekvorm van die dankzij haar prachtige stem en de magnifieke arrangementen een verpletterende indruk maakt. Leliane zingt niet alleen, ze speelt ook gitaar, speelt fluit en drums en componeerde de muziek. Ze nodigde daarbij de perfecte muzikanten uit – oud-speler Tristan Driessens, basklarinettist Frans van Isacker, die prachtig met de warme stem van Leliane kleurt en de sublieme drummer Jens Bouttery en bassist Rui Salgado. Een magistraal mooi album.

Enola

Maandelijks selecteert enola.be op vraag van Poppunt een aanstormend talent uit de grote vi.be-pool. Deze keer: Lara Leliane.

Deze maand geen psychedelisch geweld of beukend electronica, wel een bescheiden fluisterende singer-songwriter die stilletjes uw aandacht opeist. En volledig terecht: de in Antwerpen geboren maar in Brussel wonende zangeres Lara Leliane steekt immers gemak met kop en schouders boven het gemiddelde songschrijverniveau uit. Haar nummers tonen een volwassen singer-songwritergeluid zoals ook op de The Reminder van Feist of de latere platen van Alela Diane te horen valt. Jazzy arrangementen kleuren songs als “Nothingness”, ook nog eens voorzien van een mooie slidegitaar, of “Little Master” zeer mooi verder in. Daar blijft het echter niet bij, en ook basklarinet en harp zijn mooi verweven in het geheel van de muziek. De subtiele percussie bevindt zich bovendien op exact de juiste plaats. Lelianes warme stem maken het geheel daarna mooi af. De zangeres is de komende weken en maanden op allerlei podia doorheen België te bewonderen, en zeer binnenkort komt ook haar debuut Free uit. Sta ons toe daarvoor even een wollig cliché boven te halen: het wordt ongetwijfeld een plaat als een zacht, warm dekentje.

De Subjectivisten

Lara Leliane – Free (cd, Homerecords.be)
De Belgische muzikante Lara Leliane (zang, gitaar, percussie, fluit, compositie) krijgt als kind vooral klassieke muziek voorgeschoteld. Daar heeft ze later haar eigen weg in gevonden, hetgeen nu op overtuigende wijze gepresenteerd wordt op haar debuut Free. Dat “vrij” slaat wellicht op het feit dat ze nu haar eigen stijl heeft gevonden. Dat is een smeltkroes van folk, wereldmuziek, jazz en soul geworden, die haar klassieke achtergrond wel verraden. Samen met muzikanten op oud, contrabas, drums, harp, klarinet, saxofoon en zang brengt ze haar heerlijk rustieke, droefgeestige songs ten gehore. Ze zijn van een pure desolaatheid, maar bevatten ook de sfeer van een zwoele zomeravond. Hierdoor nemen de songs je aan de hand mee en bieden troost in plaats van een terneergeslagen indruk te maken. Op eigenzinnige wijze komt ze ergens uit tussen Lhasa, Half Asleep, Dez Mona, Sade, Françoiz Breuten Donna Regina. En dan brengt ze ook nog een een fantastische versie van de Sefardische traditionele song “La Prima Vez”, die ook door de geweldige Owain Phyfe zo mooi bezongen is. Het album is net zo verrassend als gevarieerd en wonderschoon. Dat is wat je noemt een droomdebuut!